10 mai 2020

Oser coudre un chapeau!

J’ai une grosse tête. Pas forcément LA grosse tête (quoique?) mais une grosse tête.

C’est vraiment embêtant, parce que je n’aime pas avoir le soleil qui me tape dessus. Et les chapeaux de femmes sont toujours trop petits. Les “taille unique” je ne les essaye même pas. Mais quand il y a des tailles, si par miracle j’arrive à passer le L, il me laisse des traces ou une migraine, c’est selon.

En tant que fana du fil, j’ai bien pensé à m’en faire mais je n’ai jamais osé... (peur de la déception) jusqu’à aujourd’hui.


J’ai cousu un chapeau.


Il n’a pas d’horrible défaut qui saute aux yeux. Au contraire, il a de jolis détails qui,lui donnent un air très écolo-chic.


Et le plus excitant: IL ME VA PARFAITEMENT.

Merci Liz d’Australie, pour le modèle, le tuto, et surtout l’injonction, à laquelle je vais obéir à nouveau un de ces quatres, c’est certain. Aussitôt que j’aurai renfloué mon stock de vlieseline.



9 mai 2020

En cours: Save the bees


Ouïe! Je l’ai commencé il y a plus d’un an. J’ai du plaisir avec la soie, les motifs, et mêmes mon drôle de choix de couleurs, mais les points sont vraiment petits. Il me faut donc beaucoup de lumière, des lunettes et du calme pour laisser tranquillement la soie filer. Si je,la tire trop vite, elle se noue.

Save the bees, Soies variées sur lin 16 fils.

27 avr. 2020

Progrès et plan

Le Sampler d’Elizabeth Hunter avance vite.


Je sens la fin approcher, avec plaisir et avec un peu de regret. Les arbres, fleurs et oiseaux choisis par Elizabeth sont charmants et très agréables à broder. J’ai changé quelques couleurs, surtout pour le bleu qui est trop électrique et flashy pour être utilisé dans certains motifs.


Du coup je réfléchi à d’autres possibles débuts. J’ai acquis auprès d’un musée le modèle d’un exemplaire brodé par un garçon en 1828. Je me demande si je veux essayer de substituer les couleurs et faire mon propre choix, combien il faut de fils, etc.
Cogite, cogite...


Bon, si je n’arrive pas à me décider j’ai encore quelques ouvrages en cours pour m’occuper.
;-)

26 avr. 2020

La jeunesse au printemps

Maintenant qu’il pleut, je prends le temps de revoir les photos des petits bonheurs des semaines passées. On a eu beaucoup de chance, avec des journées très ensoleillées et fleuries.

Idéales pour passer des heures sous le cerisier à créer des personnages de jeu de rôle :


Pour aller rencontrer le plus joli, espiègle et doux petit agneau du monde:


Et découvrir que la chèvre est de retour aux Jardins du cœur, avec deux petits compagnons.


Ils ont l’air très semblables sur cette image, mais en fait ils sont l’opposé l’un de l’autre : à part la tête l’un est brun à taches blanches et l’autre blanc à taches brunes.

C’est fou comme ces rencontres et ces visions m’auront réchauffé le cœur. Je les partage comme un sourire, avec le cœur.

20 avr. 2020

Broder des classiques

Je brode en alternance sur deux modèles ultra classiques.


La récréation d’un exemplaire du 19e, (Elizabeth Hunter)  déjà présenté sur ce blog.



Un exemplaire en bandes de points comptés variés de style très classique, en fils de soie sur lin nature.

J’avance plus vite sur le second. Chaque ligne est facile à placer, il y a chaque fois un petit challenge technique et la plupart des motifs sont répétitifs, ce qui accélère l’accomplissement de chaque étape. J’espère reposter prochainement une image plus récente.

Il y a une vingtaine d’années, j’ai réussi à acquérir par mégarde deux fois ce « Friendship’s prize sampler » de Periwinkle Promises,  une fois en kit avec le lin et les fils, l’autre fois juste les explications (une brochure d’une vingtaine de pages!) Donc si quelqu’un est intéressé, je peux revendre une de mes brochures. Le modèle est désormais introuvable.

19 avr. 2020

B comme bourses

La première semaine du confinement, lorsque toutes mes obligations menaçaient de me faire exploser, je me suis défoulée sur de la couture facile et utile.


Une première bourse assortie à l’enveloppe cousue il y a quelques semaines. Elles protègent deux de mes broderies en cours.
Les tissus sont des lins acquis de longue date, avec des motifs féeriques mais pas niais de Heather Ross.


La deuxième bourse, qui met en valeur des pièces de Wax africain, est destinée à un ami.


N’ayant aucune envie de réinventer la roue, j’ai suivi le modèle et le procédé proposés sur ce blog : https://www.incolororder.com/2011/10/lined-drawstring-bag-tutorial.html

Merci à mon ancien moi d’avoir eu la bonne idée d’accumuler tout le matériel nécessaire pour ces projets. Et merci à ma chère mère pour avoir eu l’idée de génie de m’offrir une super machine à coudre que j’adore, il y a quelque années.

Patience, courage et créativité.